Zéro Déchet : conseils pour débutants & jeunes parents par @jeuxgrandis

Chaque année, un français produit 354kg de déchets.
Entre l’île poubelle des Maldives, la France qui envoie ses déchets en Malaisie contre de l’argent car elle n’arrive pas à gérer la totalité sur son territoire, les plages salies par des poubelles, le plastique que l’on retrouve dans les estomacs des poissons…  L’Homme laisse des (sales) traces de son passage, au détriment de la santé de la planète.

La démarche « Zéro Déchet » n’est pas une mode, c’est l’avenir. Cela implique d’avoir conscience de ces ordures ménagères, et de les réduire (voire les supprimer).
C’est nécessaire pour corriger les erreurs du passé et permettre aux futures générations de continuer à profiter de la beauté de notre chère planète Terre.
Depuis environ deux ans, je m’efforce à changer mes habitudes de consommation pour diminuer mon impact. Bien sûr, je suis loin d’être irréprochable, et j’ai encore beaucoup à apprendre.  Mais on peut tous, petit à petit, consommer différemment. Par exemple, sur Etsy, de nombreuses boutiques proposent des alternatives durables à nos produits du quotidien : coton démaquillant lavable, éponges réutilisables, emballage alimentaire en cire d’abeilles… 
Acheter des biens durables au profit de produits à usage unique est également une action bonne pour le portefeuille : sur le moyen terme, c’est plus économique.   

Pour cet article, j’ai préféré laisser la parole à mon amie Claire de l’instagram @jeuxgrandis, qui est bien plus avancé que moi sur le sujet, et donc plus légitime à en parler que moi pour le moment.

Claire partage sur son instagram ces astuces pour occuper les enfants (elle est pro-Montessori), des recettes saines et gourmandes pour petits et grands, ainsi que des conseils pour se réduire ses déchets.

Si vous ne la suivez pas encore, corrigez cela dès à présent 🙂

bocaux zéro déchet
La démarche du zéro déchet ? Avoir en tête que le meilleur des déchets est celui qu'on ne produit pas.
Claire jeuxgrandis
Claire
@jeuxgrandis

1/ Hello Claire, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 27 ans, je suis de formation Educatrice de Jeunes Enfants et je travaille depuis 2 ans en étant qu’assistante maternelle à mon domicile, après 3 ans d’expérience en crèche. Sur mon compte insta, j’aime partager les activités que je propose aux enfants ainsi que mes avancées dans la démarche zéro déchet. J’aime me motiver pour du fait maison et j’adore changer mes habitudes progressivement en trouvant des alternatives naturelles, écologiques et économiques.

2/ Sur ton feed instagram (@jeuxgrandis), tu postes beaucoup de conseils de gestes zéro déchet. Quand as-tu commencé à prendre conscience de ta manière de consommer ? Qu’est-ce qui a été le déclic ?

J’ai toujours été éduqué autour de l’écologie et du recyclage depuis toute petite. Dès le lycée, je favorisai au maximum le covoiturage sur Blablacar pour rejoindre une amie en Province. C’est devenu un réel centre d’intérêt il y a environ 3 ans, après une hospitalisation, quand j’ai commencé à m’intéresser davantage à une alimentation plus saine pour améliorer l’état de ma peau et détoxifier mon corps. J’ai été particulièrement sensible sur le sujet des perturbateurs endocriniens qui composent notre alimentation et nos produits d’hygiène et notamment l’omniprésence et la toxicité du plastique.
J’ai commencé mes premiers changements avec l’achat d’une brosse à dent rechargeable, d’un oriculi pour remplacer les cotons-tiges et des cotons lavables pour ma routine beauté.
Niveau cuisine mon premier geste, et pas des moindres, a été l’arrêt des bouteilles en plastique. 

3/ Quels changements conseilles-tu à quelqu’un qui souhaite diminuer ses déchets et qui débute dans la démarche « Zéro Déchet » ?

Les gestes qui ont le plus d’impact sur la réduction des déchets sont liés à la cuisine et à notre façon de faire nos courses. Les plats préparés et produits transformés ont l’inconvénient de générer énormément d’emballages alimentaires. La principale habitude à changer est de trouver un magasin où faire ses courses en vrac : pour ma part c’est un day by day (vous pouvez retrouver la liste des magasins ici). Il faut essayer d’acheter un maximum d’aliments bruts et de cuisiner maison.
Arrêter les bouteilles d’eau a été le geste le plus simple à mettre en place. Je conseille de mettre une carafe d’eau du robinet au frigo pour enlever le goût ou bien de la filtrer avec un charbon binchotan. Un autre conseil est de congeler pour diminuer le gâchis alimentaire. Aussi, avoir un compost réduit de 30% sa poubelle d’ordures ménagères. Le second gros point d’attention est notre façon de faire le ménage et les nombreux produits d’entretien toxiques qui composent nos placards. Un balai vapeur avec de l’eau suffit à désinfecter nos sols, le vinaigre blanc et le savon noir suffisent pour nettoyer quasiment toute la maison. Pour finir la salle de bain est l’endroit où il y a le plus de petits gestes alternatifs possibles à mettre en place et souvent se sont les plus simples. 

Pour aller plus loin dans sa réflexion, il faut éviter de penser que les emballages en verre, en plastique, en carton et les boîtes de conserve ne polluent pas puisqu’ils se recyclent. Ces procédés de recyclage demandent énormément de ressources. Pour limiter ses déchets il est important d’analyser ce qu’on jette souvent pour essayer de trouver une alternative au fur et à mesure. Par exemple, n’ayant pas de lave-vaisselle et accueillant 4 petits à la maison, je devais jeter une éponge toutes les 3 semaines. Alors j’ai cherché où acheter des éponges lavables.

4/ Quels sont pour toi les achats indispensables à faire pour remplacer les produits à usage unique ?

Il y en beaucoup du côté de la salle de bain justement : une brosse à dent dont seulement la tête se change (et se recycle), un coton-tige lavable ou un oriculi, des cotons lavables, un rasoir de sûreté (plutôt que des rasoirs jetables), un épilateur électrique (pour remplacer les bandes de cire et la crème dépilatoire). Mais aussi des éponges lavables, une gourde à emmener au sport ou quand on sort, utiliser des chiffons/torchons plutôt que du Sopalin, ramener ses sacs en papier et tote-bag pour l’achat de ses légumes et fruits sans emballage (en collant l’étiquette directement sur le fruit), utiliser son tote-bag pour faire du shopping également. 

Sans pour autant acheter, il est important de garder et laver des bocaux en verre afin de conserver les aliments secs achetés en vrac (farine, pâtes, légumineuses, etc). Pour aller plus loin on peut aussi s’intéresser aux déodorants rechargeables, aux produits solides (savon pour les mains, pour le corps, shampoing, crème hydratante visage, masque cheveux). Pour les femmes, l’utilisation de la cup, des serviettes ou culottes lavables, ont également un réel impact sur la diminution des déchets et sur la réduction de produits toxiques que l’on impose à notre corps.

5/ Par ton métier, tu gardes des enfants de bas âge. Quels conseils peux-tu donner à des jeunes parents qui souhaitent réduire leurs déchets ?

Il existe plusieurs gestes simples à mettre en place comme l’utilisation de gants ou de cotons lavables pour le change, la préparation de repas et compote maison à congeler dans des petits pots en verre et des gâteaux faits maison pour limiter les emballages industriels. Préférer les jouets et les vêtements d’occasion (ce qui est valable pour nous aussi) car il faut avoir en tête que la fabrication d’un vêtement nécessite plusieurs milliers de litres d’eau. Pour les plus motivés, il y a aussi l’alternative des couches lavables (les jetables représentent plus d’une tonne de déchets par enfant).  

6/ Quelles sont les difficultés et obstacles au « zéro déchet » que tu rencontres au quotidien ?

J’ai rencontré plusieurs difficultés au début mais qui ne sont pas insurmontables. La première est de trouver les magasins et petits producteurs où acheter en vrac, en comparant là où les prix sont les plus intéressants.
La motivation peut-être un frein aussi car cela demande souvent plus de temps le zéro déchet.
J’ai encore du mal à passer certaines étapes comme avec le dentifrice solide qui ne mousse pas. Il faut s’habituer au fait que le naturel est différent de ce qu’on connait. Le linge ne sent pas forcément et les produits ne moussent pas naturellement.
Et la dernière difficulté a été de convaincre mon fiancé de s’y mettre ahah ! J’avais besoin qu’il soit aussi sensibilisé à cette démarche ce qui n’était pas du tout le cas au début. Et finalement en quelques mois il m’a rapidement suivi sur tout ce qui concerne les courses et la cuisine. Je lui fait tester de nouvelles alternatives et il valide ou non et on trouve des compromis.
Tout est possible et c’est surtout hyper gratifiant. Il faut avoir en tête que le meilleur des déchets est celui que l’on ne produit pas alors chaque geste compte même les plus petits à l’image du colibri qu’on emploie beaucoup dans cette démarche. 

7/ En terme de mode et de beauté, as-tu des marques de prédilection ?

Pour mes produits de beauté mes marques préférées sont : les Savons de Joya, Louise Emoi et Aroma-Zone. Il existe plusieurs petits créateurs français qui cousent de jolies alternatives zéro déchet mais attention à la composition des tissus utilisés si vous voulez pousser davantage la démarche. Il n’y a que le label GOTS* qui garantit un coton bio respectueux de l’environnement avec une diminution de l’eau utilisée. 

*Le label GOTS (Global Organic Textile Standard) a pour but de garantir la qualité d’un textile biologique, à partir de la récolte de la matière première jusqu’à l’étiquetage.  Il sert de preuve indiquant que les normes sociales et environnementales ont été respectées. 

8/ Comment imagines-tu ta façon de consommer dans 5 ou 10 ans ?

J’espère pouvoir consommer une plus grande majorité de repas faits maison à partir des fruits et légumes de notre potager et j’aimerais que nos courses soient de plus en plus dépourvus d’emballages. Et je voudrais pouvoir transmettre cette façon de penser à mes enfants. 

9/ Quels sont les influenceurs que tu suis pour leur engagement zéro déchet ? As-tu des livres ou documentaires à conseiller pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans leur démarche ?

La principale influenceuse que j’adore suivre et qui m’a beaucoup motivé au début de ma démarche c’est Chloé de @chloeandyou (vous pouvez retrouver son blog ici) mais il y a également Julie Bernier de @sorteztoutvert qui a écrit un super livre à ce sujet « Zéro déchet, le manuel d’écologie quotidienne« .
Une de mes premières lectures, accessible même aux enfants, a été celle de la Famille (presque) Zéro Déchet dont vous trouverez un blog et instagram au même nom. Et un des documentaires que j’ai aimé regarder car assez réaliste sur un parisien qui se lance dans cette démarche c’est « Ma vie zéro déchet » de Donatien Lemaître qui est passé de 27kg de déchets à 180g. 


10/ Pour finir, as-tu un DIY Zéro Déchet à nous partager ?

Ma lessive maison que j’utilise depuis 2 ans maintenant et qui est la recette la plus simple à faire et un des meilleurs changements pour le porte-monnaie aussi.

  • Faites bouillir 2L d’eau 
  • Faire fondre 40g de savon de Marseille en copeaux dans un saladier avec l’eau chauffée. Attention au choix de votre savon. Il doit être vert à base d’huile d’olive (pas d’huile de palme) pour éviter d’encrasser vos canalisations et de boucher vos tuyaux.
  • Réutiliser un de vos bidons vides dans lequel vous pourrez verser le mélange une fois tiède.

Votre linge ne sentira rien mais sera parfaitement propre.
Pour les tâches je recommande au préalable de saupoudrer du bicarbonate directement dessus (mais jamais sur la soie ou la laine) et de vaporiser du vinaigre blanc. Cela va provoquer une effervescence qui va permettre d’atteindre plus profondément les fibres du tissu. Laissez poser au minimum 30mn et frotter ensuite un peu la tâche à l’eau et au savon. Et lancez votre machine. Vous pouvez ajouter une boule de vinaigre blanc également en guise d’adoucissant. L’utilisation d’huiles essentielles pour parfumer est inutile car ce n’est pas miscible dans l’eau et c’est mauvais pour l’environnement. Cette recette vous revient à moins d’1€ le bidon de 2L.

J’espère que cet interview vous a plu, et vous a éclairé sur les démarches à suivre pour commencer à changer vos habitudes de consommation.
Je vous invite à suivre le compte @jeuxgrandis sur Instagram pour suivre les bonnes actus de Claire 🙂

Nom (nécessaire)E-mail (nécessaire)Site web

Laisser un commentaire