Yosémite National Park

 

Après San Francisco, nous avons pris la voiture pour 3 heures et demi de route direction Yosémite National Park, dans les montages de la Sierra Nevada pour deux jours et deux nuits sur place.

Adieu les douches, bonsoir les sacs de couchage ! Nous avons réservé à l’avance nos emplacements de camping sur internet, via le site recreation.gov.

Le camping était pas mal du tout, nos emplacements étaient à côté d’un ruisseau naturel. Le bruit de l’eau, combiné à celui de la nature et des animaux, est le meilleur moyen pour se couper du monde et se focaliser sur ce qui nous entoure. D’ailleurs, on ne captait ni le réseau, ni la wifi.

Le camping est orné de pancarte nous donnant des instructions pour éviter d’attirer les ours. Car oui, ici, les ours se baladent et sont friands des odeurs que dégagent nos sucreries, mais aussi nos dentifrices, nos parfums, nos crèmes…. Donc chaque soir, il est impératif d’enfermer toutes nos affaires odorantes dans des coffres en fer, fermés par des cadenas.

J’aurai adoré croisé un ourson, mais je n’ai malheureusement pas eu cette chance. Par contre, les écureuils ne manquaient pas, et j’ai pu approcher une biche très très près…

Pour profiter pleinement des merveilles que nous offre Yosémite, rien de mieux qu’un trek. Le parc propose divers circuits en fonction des compétences de chacun, donc pas besoin d’être un grand sportif pour se balader sur un des chemins. Malheureusement pour nous, le circuit que nous voulions prendre était fermé pour cause d’incendie volontaire, nous avons donc du nous rabattre sur un autre…

(Là, c’est la grande question : comment quelqu’un peut-il vouloir prendre le risque de brûler et abîmer ce paysage ???  Enfin, nous pouvons faire toutes les hypothèses qu’ils soient, je pense que nous ne trouverons pas la réponse si tôt, mise à part un mot de 3 lettres pour décrire ces pyromanes.  En cet été de sécheresse, la Californie fut en proie à divers incendies, qui ont ravagé une bonne partie des forêts. Sur la route, nous avons été témoin des conséquences de cette catastrophe.)

En plus de ce paysage superbe, je garde un super souvenir magique de Yosémite : nos soirée dans le parc coïncidaient avec la nuit des pluies d’étoiles filantes. Pour en profiter un maximum, nous avons pris nos sacs de couchage, nos sweats, et grimpés sur un gros rocher. Et nous voilà, nous cinq, allongés côte à côte et fixant le ciel, nous extasiant dès qu’on voyait une étoile filante défilé sous nos yeux… Superbe !

P8120443 P8130479

Une cascade (Yosémite Falls) a formé un bassin naturel d’eau pure. Mais je dois avouer que l’eau était tellement froide, que je n’ai pas osé tremper plus que mes pieds !

Par contre, en nous baladant, nous avons trouvé un autre lac. Beaucoup de vases, mais la température de l’eau était bien plus élevée ! 🙂

P8130494

DSCN2891

Sequoia National Park

Après Yosémite, nous avons pris la route pour Sequoia National Park, où nous avons séjourné une nuit dans un camping. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une forêt dans laquelle on peut voir les sequoias les plus grands du monde, mais également le plus vieux.

Ce dernier porte le nom de “Président” et a 3 200 ans. Il mesure 75 mètres de haut, et fait 8 mètres de diamètre. Il est entouré par d’autres séquoias, dont “General Sherman”, qui détient le tronc le plus large au monde. Lors du trek tracé dans la forêt, nous avons rencontré des sequoias renversés sur le chemin. Ces arbres sont trop lourds pour être soulevés, leurs troncs ont donc été creusés pour laisser place aux piétons, et, dans certains cas, aux voitures.

Nous nous sentons tout petits parmi ses arbres géants. Et surtout : très jeunes. En plus du Président, les autres séquoias sont aussi très vieux et portent sur leur écorce les marques du temps, mais aussi, du feu. Il faut savoir que ces arbres sont les seuls qui survivent au feu grâce à leur écorce épaisse et au fait qu’ils n’ont pas de résine. De plus, la chaleur leur permet de développer les cônes femelles, et donc de favoriser la reproduction (et oui, n’oublions pas que ce sont des organismes vivants…). La croissance est elle aussi accélérée car les feux détruisent tous les autres végétaux alentours, laissant ainsi plus de place pour le développement des séquoias, et permettant aux “jeunes” de profiter pleinement de la lumière dont ils ont besoin pour pousser.

P8140526 P8140571

Les arbres poussent encore malgré les incendies qui laissent des marques :

Image1

 

Quels sont vos parcs favoris aux USA ?

Rendez-vous sur Hellocoton !