J’ai vu… « Persona, étrangement humain » au musée du Quai Branly

PERSONA, étrangement humain

Il y a quelques semaines, lors d’une nocturne au musée du Quai Branly, j’ai pu avoir une visite commentée de l’exposition « Persona, étrangement humain« . Alors que D. était sceptique de ce qui nous attendait, j’étais très curieuse de la forme que prendrait cette exposition pour le moins surprenante/terrifiante. Je m’attendais à des photos de fantômes, des histoires qui font peur (je raffole de ce genre de choses), mais au final, le message de l’exposition est tout autre.

 » Comment l’inanimé devient animé ? « 

Quand nous étions petits, nos peluches, poupées Barbies ou Action Men étaient nos meilleurs amis, notre repère contre la solitude. Sans s’en rendre compte, nous rendions vivants ces jouets pour lesquels nous étions très attachés.

Aujourd’hui, toujours inconsciemment, des choses non vivantes ont de plus en plus d’importance dans notre quotidien. Ne vous-est-il jamais arrivé de parler à un objet ? Je parie que oui. Je vous imagine vous énerver contre votre ordinateur qui ralentit. Nous sommes tous les mêmes !

L’exposition est organisée en 4 parties distinctes :

  • « Il y a quelqu’un ? » : à peine arrivés, nous sommes subjugués par l’oeuvre Homo Luminoso de Roseline de Thélin, qui introduit bien l’âme de l’exposition. Comme vous pouvez le voir, cette oeuvre est fascinante, et interroge sur notre tendance à assimiler ce qu’on ne connaît/maîtrise pas à un être vivant ou non, à un histoire (des bruits mystérieux, des lumières étranges…)…

Persona - homo luminoso

  • « Il n’y a personne » : mallette à la Ghostbuster, radio, planche de ouija… Ici, on assiste à la deuxième étape de fonctionnement : après avoir deviné une présence, l’Homme va trouver un moyen de la faire apparaître.
  • « La Vallée de l’étrange » : dans cette partie, plusieurs « choses » nous interpellent. Des objets qui ressemblent de plus en plus à l’Homme, à nous. Et cela peut faire peur. Au final, tous ses trucs se sont-ils pas mieux à leur place, c’est à dire avec leur statut d’inanimé, de quelque chose de superflu ?
  • « La Maison Témoin » : et de nouveau, des machins loufoques. Des animaux empaillés, qui dégoutent plus qu’autre chose. Mais aussi des robots, synonymes du futur.

L’exposition met donc en scène toutes sortes d’objet : objets d’art (souvent liés à une religion), objets hi-tech, peluches…

Persona musée du quai branly

Nous passons devant des têtes réduites : des parties du corps humain qui sont transformées en objets et exposées. Un peu plus loin, la question et l’avancée de l’intelligence artificielle rapproche le robot de l’être vivant, de nous. On commence à percevoir que la différence entre l’inanimé et l’animé s’amincit.

L’exposition va plus loin encore, en réservant une partie aux objets sexuels. Pourquoi ? Car dans ce cadre, l’objet remplace un partenaire durant l’acte, et prend donc la place d’un humain. Dans une vitrine, une poupée grandeur nature nous regarde de ses yeux brillants. A côté d’elle, une télévision montre les images d’un japonais, qui se marie… avec cette love doll. On apprend par la guide que les mariages de cette sorte sont autorisées au Japon, et de plus en plus fréquents. Les personnes intéressées réalisent leur partenaire sur-mesure sur un site, se la font livrer etc.. Je vous épargne la suite, mais, une fois qu’elle a été trop « utilisées », l’entreprise qui la conçoit vient la chercher, et pratique un vrai rite funéraire… Ridicule ? Certes.

Un ami m’a d’ailleurs conté une histoire d’un genre similaire : en Indonésie, le lendemain d’une éclipse solaire, un homme a pêché une poupée « sexuelle ». Il l’a emmené dans son village, à Kulapapi et elle fut accueillie comme un « ange tombé du ciel ». Les villageois lui firent des offrandes, et tous les jours ils lui  changeaient ses vêtements. Le culte autour de la poupée était si grand, qu’il dépassa les frontières et la police en fut informé. Quand elle arriva sur les lieux, elle dut expliquer aux indonésiens quel était le but principal de la poupée… Quel choc se fut pour eux, d’apprendre qu’il vénérait un objet de vice !

Les objets nous ressemblent de plus en plus, et nous les traitons comme des humains. Ce que nous montre et prouve cette exposition, nous permettant ainsi de remettre en question notre quotidien.

En soit, chaque objet est superflu. Les problèmes qu’il solutionne ne sont jamais liés directement aux besoins primaires. Et pourtant, plus le temps passe, plus nous accordons une place importante à ces choses, qui nous remplacent dans des tâches du quotidien ou nous facilite la vie. A ce propos, jetez un coup d’oeil ici, pour justement vous détacher ce tout qui est matériel.

Mais jusqu’à où ? Quand on voit que les robots avec l’intelligence artificielle nous ressemble de plus en plus, quand on voit que nous pouvons ressentir de l’empathie, voir de l’attachement pour ces technologies, devons-nous réfléchir à leur statut juridique ?

Comment imaginez-vous, dans le futur, le rapport de l’Homme aux robots ?

J’en profite pour partager une petite bande annonce, qui conclut assez bien mon article.

Bonne semaine à tous 🙂

 

 

Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, 75007 Paris

Lieu : Mezzanine Ouest

Exposition Persona, jusqu’au dimanche 13 novembre 2016

Mardi, mercredi, dimanche : de 11h00 à 19h00

Jeudi, vendredi, samedi : de 11h00 à 21h00

Fermé le lundi

Prix : de 7 € à 11€

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 Commentaires

  1. 4 juin 2016 / 19 h 03 min

    Dès que je serais de nouveau sur paris j’ irais faire un tour à cette expo, elle m’ a l’ air carrément top! 🙂

    • 6 juin 2016 / 10 h 45 min

      Tu as raison ! 🙂 Je suis rarement déçue des expositions qu’offre le Musée du Quai Branly !

  2. 3 juin 2016 / 19 h 11 min

    Cette exposition a l’air vraiment intéressante. Dommage que je n’habite pas paris !

    Sinon, je pense que les robots n’auront pas forcément l’image d’humain comme nous le voyons dans les films de science fiction. Je vois ça surtout comme des machines qui nous aideront à mieux ranger la maison, à trier nos papiers ect ^^

    • 6 juin 2016 / 10 h 44 min

      Si jamais tu as l’occasion de venir dans la capitale, l’exposition dure jusqu’au 13 novembre 🙂
      Pour les robots, je pense qu’au quotidien, nous aurons accès à ce genre de choses, en effet. Mais je suis quasi certaine que les chercheurs eux, travaillent sur des robots qui nous ressemblent… Mais je regarde peut être trop de films ! haha

  3. 2 juin 2016 / 17 h 58 min

    ah tu m as vu hier quand j avais des pb de deconnexion et que mon article n’était pas finie
    pour le rapports avec les robots je pense qu’il y aura toujours une majorité qui saura faire la part des choses

    • 6 juin 2016 / 10 h 40 min

      Ahahah on est toute pareille quand nos outils rament trop !! ça me rend folle parfois ! :p

  4. 1 juin 2016 / 21 h 29 min

    Je pense que notre monde aura beaucoup évolué et que les robots pourront venir en aide aux personnes malades, handicapées etc.

    • 6 juin 2016 / 10 h 40 min

      Ce serait vraiment bien qu’ils puissent en effet, faciliter la vie du plus grand nombre… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is using OpenAvatar based on