Vous voulez un secret pour être plus heureux ?

minimalisme LESS IS MORE

 

Et si, pour changer, on se contentait de trouver le bonheur parmi les choses que nous possédons déjà, plutôt que de dépenser sans cesse ?

Récemment, j’ai découvert l’art de faire le vide. Je pense, qu’arrivant à une overdose de la sur-consommation, ce style de vie représente le futur, caractérisé par un mode de vie plus sain.

Tout comme le bouddhisme, dont j’apprécie beaucoup les valeurs, le minimalisme nous apprend à nous recentrer sur la simplicité et à nous détacher de tout ce qui est matériel. Nous devons faire abstraction de tout ce qui provient du marketing, et à ne pas se laisser tenter par des packagings accrocheurs. A vrai dire, c’est encore nouveau pour moi, mais j’aimerai vraiment ne plus dépenser mon argent pour des choses dont je n’ai pas une réelle utilité. J’ai toujours été attiré par les voyages, comme vous pouvez le voir sur le blog. Mais avec un loyer pour mon appart sur Paris, je dois de plus en plus faire le choix entre des robes (sachant que j’en ai déjà beaucoup) et des week-ends.

Et bien, je ne réfléchis pas longtemps : je préfère utiliser mon argent pour des activités vivantes, qui me procureront un souvenir heureux, à la place d’un objet que j’ai déjà en grosses quantités et dont le bonheur lié à sa possession ne dure qu’un temps.  Quand je parle d’activités vivantes, je cible les sorties, les voyages, les resto.. Tout ces moments qui me font rappeler que profiter de la vie, c’est ça !

minimalisme ananas

https://laurenconrad.com/blog/2014/08/currently-craving-pineapple-passion/

J’ai découvert le terme minimalisme grâce au roman “L’Art du Vide : Purifier son intérieur pour libérer son âme” de Carolyn L. Hetzel. L’auteure a su me convaincre des bienfaits de ce mode de vie. En quelques lignes, je vais reprendre ses arguments afin de vous présenter au mieux pourquoi faire le vide :

La liberté

Malgré nous, nous sommes formatés par la société à consommer des biens matériels. En soi, cela n’est pas un problème, mais en prenant du recul nous constatons que ces biens nous attachent. Pourquoi ? Parce qu’il nous faut un endroit pour les stocker (un logement d’une certaine taille) et d’une source de revenus pour se les procurer. Pour Carolyn L. Hetzel, cela nous limite en terme de mobilité et donc de liberté. Elle ajoute que sans attache matérielle, nous serions bien plus ouverts à ce que la vie peut nous offrir “où que ce soit dans le monde et du jour au lendemain”.

L’ingéniosité

Il faut être honnête : nous sommes des assistés. Aujourd’hui, il existe des robots, des applications pour tout faire à notre place. Au final, nous n’exploitons que très peu notre créativité. Nous pouvons  très bien nous débrouiller pour la plupart des tâches que nous rencontrons. Inutile d’acheter un appareil dédié pour chaque besoin ! Avec l’avènement du DIY, c’est le moment de s’y mettre et de se prouver que nous sommes débrouillards !

La sérénité

Chercher le dernier article à la mode, l’acheter, le stocker, l’entretenir, le nettoyer, le réparer puis s’en débarrasser… Tout ça demande du temps, de l’argent bien sûr, et procure du stress. En se concentrant sur les besoins vitaux, nous nous libérons d’une grosse partie de ce stress. Puis, plus on a d’objets, plus on a de ménage à faire… !

Les économies

Résister à la tentation, c’est aussi ne plus acheter des choses que nous regretterons. Et donc faire des économies ! Et cet argent, je peux le mettre de côté, mais également l’utiliser pour voyager, me faire un beau restaurant, faire des cadeaux.. Et investir ! Car le minimalisme n’interdit pas la consommation, mais nous apprend à consommer mieux. Il est donc préférable d’acheter, par exemple, des vêtements de qualité (plus chers donc) mais en plus petite quantité car ils dureront longtemps, plutôt que des vêtements pas cher qui s’abîmeront et seront passés de mode la saison suivante.

Le temps

Dépenser mieux permet également de gagner du temps et de dégager du temps pour des activités. Faire les magasins prend bien une demi-journée au minimum. Et internet ? Je ne sais pas vous, mais moi il m’est déjà arrivé de vouloir regarder “2 min” un site de fringues, et m’apercevoir que 2 heures avaient passées ! Avec tous les mails que l’on reçoit, c’est sans doute très compliqué de résister à l’envie de cliquer sur le lien. Mais cet effort sera récompensé, votre banquier vous dira merci !

La disponibilité

Comme je le disais, consommer prend du temps, et nous rend moins disponible pour nos proches. La technologie aussi d’ailleurs. Sans vous déconnecter totalement, il peut être bon de faire une détox des réseaux sociaux et de voir vos amis en vrai ! Je pense que ça nous est tous arrivé d’inviter un pote qui passe sa soirée sur ton téléphone… Stop ! Pour Carolyn, la disponibilité c’est être ouvert davantage aux autres, être sur le partage.

La générosité et la conscience écologique 

“Moins consommer, c’est diminuer sa contribution à l’épuisement des ressources de notre planète et tenir compte de la répartition équitable de celles-ci. C’est troquer une conscience égocentrée pour une conscience planétaire”.  Il faut apprendre à consommer moins, mais également consommer mieux.

Pour résumer, je vous invite à vous éloigner de toute source de stress, et à vous séparer petit à petit de ce dont vous n’avez pas besoin. Au contraire, il faut faire de la place à ce qui vous apporte du bonheur et vous inspire pour progresser.

Le minimalisme s’adapte à tous les points essentiels de notre vie : les biens matériels, l’alimentation, le travail, la façon de voyager…

déco minimaliste

Des limites ?

Comme tout, le minimalisme a des limites, bien que très subjectifs. Je les ai découvert en lisant le livre “MINIMALISTE : Plus de liberté. Plus d’argent. Plus de bonheur” rédigé par Sina Jasur, une blogueuse allemande. Le titre est vendeur, et les premières pages nous accrochent facilement. Même si le bouquin est plein de conseils, certains passages partent vite dans les extrêmes…

Sina nous dit que nous pouvons aisément nous passer de notre lit, et dormir à même le sol. Ou encore que si on craque et qu’on achète un bien matériel, nous devons en contrepartie nous priver de cinéma ou de sorties entre amis pendant quelques semaines… J’ai envie de dire : JAMAIS !

Pour moi, le minimalisme nous donne un exemple à suivre pour être plus heureux et plus serein. C’est un moyen de résister au stress dû à la course à la consommation.  Mais tout comme la religion, je pense que chacun doit l’interpréter à sa manière de façon à ce que cela lui soit bénéfique, sans pour autant partir dans des radicalisations !

Quelques conseils 

Je débute juste, mais je souhaite que le minimalisme soit une source de motivation pour ne plus dépenser et ne plus être dépendante de tel ou tel objet superflu.

Voici donc quelques idées que je commence à mettre en application, et qui me permettent de résister aux appels du marketing pour me pousser à (mal) consommer.

  • Ne pas acheter à cause d’un coup de cœur. J’ai lu qu’il fallait se noter dans un carnet nos envies, et attendre une certaine durée (1 mois par exemple). Si au bout de ce mois, on en a encore vraiment envie, là, on peut se permettre de craquer.
  • Consommer local et de préférence du fait maison. J’aime beaucoup le principe de la Ruche qui dit oui, qui me permet de passer commande au près de fournisseurs français qui vendent des produits frais. Les intermédiaires disparaissent, ce qui permet non seulement plus de transparence sur la provenance du produit, mais également de soutenir les producteurs face aux géants de l’industrie agroalimentaire.
  • Adopter les “low products” : ce sont des produits consommables multi fonction. Par exemple, à la place d’avoir un shampoing, un après shampoing, un soin, on achète un produit qui fait tout. Moi j’opte pour le baume lavant 6 en 1 de l’Oréal (dans les soins sans sulfates). Sur le blog My Sweet Cactus, vous trouverez d’autres conseils pour vous passer de shampoing !
  • Apprendre à privilégier les articles de qualité, donc plus chers, mais qui nous dureront plus longtemps. Idem, lorsque l’on achète un vêtement, il faut se demander si nous pourrons le mettre plus qu’une saison, et si nous avons déjà des vêtements pour aller avec. Je ne m’habille pratiquement qu’avec des robes : déjà, c’est super féminin et surtout, ça me fait une tenue ! En hiver, je rajoute un gilet et des collants noirs opaques et hop ! Je suis rodée et bien habillée pour toute l’année.
  • Plus on remplit un appart, plus il semblera petit. Vivant avec D, à Paris, nous avons du faire l’impasse sur les m², même si nous ne sommes pas trop à plaindre, nous voulons garder notre espace de vie aéré. Aujourd’hui, nous sommes heureux d’avoir de la place pour faire du sport à la maison !
  • Désencombrez ! Vendez, jetez, recyclez vos objets dont vous ne vous servez plus.

minimalisme food

Avant toue chose : faites vous plaisir !!! Je pense que le minimalisme est une façon de se recentrer sur les choses primordiales de la vie comme la famille, les amis, la nature etc… Mais l’objectif 1er est d’être heureux ! Et si cette paire de chaussures vous fait vraiment envie, et vous procurera du bonheur : allez-y ! Le petit truc en plus, c’est de vous assurer que c’est vous qui voulez cet article, et non le marketing qui vous a poussé à l’achat. Concernant votre intérieur, n’hésitez pas à faire un gros tri. Comme je le disais, une maison rangée et avec des espaces désencombrés, donc aérés, est bien plus agréable qu’un chez-soit trop chargé !

Rendez-vous sur Hellocoton !