Roadtrip au Kirghizistan : 2e semaine

Tach Rabat nature Kirghizistan

Me revoilà, encore avec des étoiles plein les yeux, pour raconter la deuxième partie de mon road trip au Kirghizistan
Ce voyage était la combinaison parfaite ente balade dans la nature et découverte de la culture locale. Un kiff sans précédent !

Dans cet article, je vais vous raconter la suite de mon road trip, du jour 8 au jour 13. Si vous prévoyez d’aller dans ce magnifique pays, j’espère que mon itinéraire vous aidera à la préparation de ce voyage !

Jour 8 : Kochkor & la mine de sel

Après Kyzyl Tuu, nous nous sommes rendus dans les mines de sel de Chong Tuz. Ces dernières étaient exploitées à l’époque de l’Union Soviétique. Depuis, elles ont été transformées en une sorte de spa thalasso. Selon les kirghizes, le sel a des vertues curatives, et passer une nuit dans les mines soignerait les rhumatismes. Les mines sont désormais équipées, d’une manière rustique, de lit, d’une salle de billard et d’un espace cinéma (en voici un aperçu 🙂

mine de sel Chong Tuz

A Kochkor, nous avons ensuite rencontré la famille chez qui nous allions passer la nuit.
Le tapis est l’un des arts premiers du Kirghizistan. Les femmes de Kochkor font partie d’une coopérative “Kochkor Kutu” en faveur de l’artisanat kirghize. Elles créent et vendent des tapis de laine. J’ai pu participer à la fabrication d’un tapis en feutrine,  de la tonte à la décoration finale. Du coup, j’ai craqué et j’ai passé commande pour un tapis sur-mesure, qui orne maintenant mon bureau.

Après cette séance découverte, nous avons reçu une troupe musicale dans la maison. Les artistes nous ont donné un aperçu de la musique typique kirghize. 
Les Kirghizes sont des conteurs (conteur de Manas), et les musiciens doivent également raconter une histoire dans chacune de leur chanson. 
Nous avons eu un aperçu de différentes histoires : dédiée à la maman, une personne âgée nostalgique, un homme amoureux… Et une autre assez drôle, qui raconte l’histoire d’une femme qui rejeta tous ses prétendants. Au final, elle finit sa vie seule, et regretta durant ses dernières années d’avoir été si difficile… 
Je ne suis pas sûre que la morale corresponde à mes convictions, mais la musique était entraînante 🙂

Musique Art Kirghize

Jour 9 : Naryn & Tach Rabat

 Mereem, notre guide, vient d’un village près de Naryn, où elle vit encore. De septembre à mai, elle est professeur de russe à l’école de son village, et l’été, elle et son mari font découvrir le Kirghizistan à des voyageurs français. 
En nous rendant à Tash Rabat, nous avons fait un stop chez la famille de Mereem, qui nous a accueilli pour un bon repas. Nous avons rencontré ses parents, qui se sont mariées d’après la vraie culture locale …

Point culture => Dans la tradition kirghize, un homme peut enlever une jeune fille pour la marier de force. Cette tradition était très répandue malheureusement, et semblait “normal”. Depuis 1994, le gouvernement essaye de changer les mentalités sur ce sujet pour protéger les femmes et leur libre arbitre. En 2012, une loi est instaurée pour  pénaliser les enlèvements. Malgré tout, on recense encore 12 000 femmes enlevées chaque année, et mariées contre leur gré. 

Après un bon et copieux repas, nous nous sommes baladés dans le village, jusqu’à l’école où Mereem travaille. On en a profité pour aller la visiter. 
Il faut dire, que ça change des écoles françaises … : dans le couloir, il y a un portrait du président actuel, et ses objectifs pour 2018. En effet, chaque année, le président présente ses gros chantiers sur lesquels le peuple doit travailler. Une des grandes volontés du pays est de développer le tourisme. Il y a aussi des salles de maths où les problématiques de calcul sont basées sur la conception de yourte & de classe sont dédiés à l’apprentissage des armes. Il ne faut pas oublier que le Kirghizistan est resté des décennies sous l’influence russe, et il en reste des traces bien visibles. 

Yourte à Tash Rabat

On est arrivé assez tard à Tach Rabat, du coup on a préféré profiter de la nature environnante avant la nuit, pour visiter le monument le lendemain.
Avant de dîner dans la yourte principale, on a fait le pari de grimper la montagne pour toucher la neige. Il faut savoir que j’aime beaucoup faire de la rando, mais quand ça grimpe… je râle. Et pas qu’un peu ! Une copine m’a donné un conseil que j’ai pu mettre en application, et je dois dire qu’il a bien fonctionné avec moi. Donc si vous aussi vous n’êtes pas fan des montées en rando, lisez bien ceci: “Prenez votre temps. Rien ne sert de se dépêcher. La source de motivation dans ces moments là, c’est le paysage, et se rendre compte de l’effort accompli. Dès que vous commencez à vous essouffler, arrêtez-vous, retournez-vous, et admirez la vue.” Et ça marche. Je me suis sentie apaisée malgré l’effort. 
Malheureusement, le temps nous a manqué pour atteindre notre objectif. On y était presque mais l’heure du repas avait sonné.  On a tout de même pu profiter de la présence de marmottes et de yack assez bruyants. 
Tach Rabat se situe à 3 500 m d’altitude.  Tandis qu’à Naryn on frôlait les 30°, ici la température est descendue en dessous de 0 durant la nuit. Nos yourtes, à côté de l’édifice, étaient chauffées avec de la bouse de vache qui servait de combustible au poêle. 

Tach Rabat nature Kirghizistan

Jour 10 : Tach Rabat & route vers le sud de Son Kul

Tach Rabat, la “Forteresse de pierre” est un caravansérail datant du 15e siècle. Il s’agit d’un lieu de passage de la Route de la Soie, où les commerçants pouvaient se reposer quelques temps. C’est un lieu ancien et pourtant très bien conservé. 

Caravanserail Kirghizistan

Après la visite du Caravansérail, nous avons pris la route vers le sud de Son Kul, le 2e lac d’eau douce du pays. 

La route fut assez périlleuse, et sur le moment, on était content de ne pas être au volant ! On était subjugué par la beauté du paysage, et même si le trajet fut long, on a dû s’arrêter une petite dizaine de fois pour prendre le temps d’apprécier le décor. 

Kirghizie road trip

Le lac de Son Kul constitue la première réserve d’eau douce du pays. Il se situe à plus de 3 000 mètres d’altitude, l’air est donc assez frais et l’eau gelée. Certains se sont motivés à faire trempette, mais pour ma part, je n’ai pas le courage. 

Son Kul est un havre de paix, tout est calme, paisible et silencieux. Nous sommes accueillis par une gentille famille nomade. 

Le soir, on a pu admirer un ciel étoilé digne d’un planétarium. C’était très perturbant, car on avait l’impression d’être dans une bulle d’étoile, et de perdre nos repères. Il faut dire que je n’ai jamais eu l’occasion de voir autant d’étoiles. C’était magnifique. 
Le plus dingue, c’est que nos chauffeurs avaient envie de danser, on a donc mis la musique de leur voiture à fond et danser au milieu de la steppe, au milieu de .. rien. Un souvenir WTF incroyable qui restera gravé à jamais. 

Son Kul
Son Kul

Jour 11 : Son Kul

 

Après un bon petit dej, nous avons appris à réaliser des billes de fromages que les kirghizes mangent comme des bonbons. Nous avons également eu l’occasion d’assister à la traite de juments, et pu goûter le lait de cheval très frais. C’était pas mal, bien moins gras que le lait de vache.

Le lait de jument sert notamment à faire du koumis, une boisson alcoolisée à base de lait de jument fermenté. C’est très… spécial. Notre palais européen n’est pas du tout habitué à ce genre de saveurs.

Après un copieux déjeuner, nous avons pu faire une balade à cheval dans la steppe, suivi de chiens adorables. 

Nous avons ensuite repris la route pour découvrir cette fois-ci le nord du lac. Il y a beaucoup plus de campements au nord, mais heureusement notre super guide nous en a trouvé un qui est éloigné de tous les autres. Exactement ce que l’on souhaite : rester dépaysé. 

Le lac Son Kul a, je trouve, beaucoup plus de charme qu’Issyk Kul, et restera pour moi un des plus beaux paysages du Kirghizistan.  

Jour 12 : Son Kul – Kyzyl Oi

Grosse randonnée ce jour pour rejoindre à pied Kyzyl Oi. Les paysages défilent sous nos yeux, mais surtout changent totalement d’un kilomètre à l’autre. De mémoire, nous avons environ marché 4 heures, traversé un col, et croisé pas mal de chevaux. Ce n’est pas la plus belle des rando néanmoins, et il existe un chemin accessible en voiture pour se rendre plus vite à Kyzyl Oi.  

Eh oui, si vous allez au Kirghizistan, vaut mieux aimer les chevaux <3
La rando est assez dure tout de même, et peut être dangereuse à cause du temps changeant. Pour le coup, nous avons eu beaucoup de chance, et avions eu un beau soleil quasiment tout du long. 

Nous sommes ensuite arrivés chez une famille pour passer la nuit. 

Kirghizistan
Kirghizistan

Jour 13 : Kyzyl Oi 

Le nom du village Kyzyl Oi n’a pas été choisi au hasard : il signifie “cuvette rouge”. Ce village, étape de l’ancienne Route de la Soie, est donc entouré de montagnes à terre rouge. La rivière Kokomernen la traverse , et il est possible de s’y baigner.

Les alentours de Kyzyl Oi offre également une multitude de possibilité de rando, avec parfois, des chemins qui rappellent Indiana Jones !

 

 

Kyzyl Oi
Kirghizistan

Jour 14 : Kyzyl Oi – Bishkek – Paris 

La route Kyzyl-Oi à Bishkek nous a semblé trop court : c’était le dernier trajet avant de reprendre notre avion. Nous avons vécu tellement de chose en site peu de temps… Nous repartons la tête pleine de merveilleux souvenirs. 

Nous n’avons pas eu le temps de profiter de Bishkek, mais si vous avez prévu de vous y arrêter, je vous recommande le Osh Bazar, le grand marché de la ville. 

Quitter ce pays, dire au revoir à ses habitants, admirer une dernière fois les paysages magnifiques, enlacer nos compagnons de route… ça n’a pas été chose facile. Ce voyage fut le plus beau et intense que nous avons réalisé jusqu’à présent. 

road trip asie

Merci d’avoir suivi le parcours de ce voyage de dingue. J’espère que ces deux articles sur le Kirghizistan vous sera utile dans la préparation de votre peut-être prochain voyage !

⇒ Êtes-vous déjà allé en Asie Centrale ? Ces vacances m’ont donné envie de découvrir les autres pays de cette partie du monde. Je suis preneuse de conseils 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Aller à la barre d’outils